Production._G5A1656.JPG

FAQ

 

—  FAQ  —

Questions fréquemment posées à la production :

 
 
 

D’où est venue la vision pour ce film ?

L’idée de raconter l’histoire de Saint Augustin d’Hippone est sur le cœur d’Henri J. AOUN depuis 2010.  Aurelius Augustinus Hipponensis (Saint Augustin) est l’un des plus grands philosophes de tous les temps, et il a énormément influencé le développement du monde occidental.  Saint Augustin est universellement reconnu, surtout pour son œuvre « Les Confessions », qu’on estime être la première autobiographie jamais écrite dans le monde occidentale.  

Henri J. Aoun s’est rendu compte que la renommée de Saint Augustin ne semble faire état de ses origines, en effet le fait que Saint Augustin était maghrébin, d’origine berbère ne semble pas être connu largement.

Cependant, Augustin a été longtemps considéré comme un héros national tant en Algérie qu’en Tunisie. Il est né en Algérie, et c’est là qu’il est revenu par la suite pour servir Dieu.  C’est en Tunisie qu’il a passé sa jeunesse et le début de sa vie d’adulte.  Henri J. Aoun a donc eu la vision de faire un  film qui mettrait en lumière l’héritage de Saint Augustin, tout en racontant sa quête de la vérité.

 

Comment ce projet s’est-il développé ?

Il a fallu six ans pour réaliser le film intitulé «  Augustin : Fils de ses larmes » Chaque aspect du projet a été conçu et réalisé par des maghrébins (à savoir les acteurs, la mise en scène, le scénario,  etc.), c’est le premier film de l’histoire dont la production a été entièrement réalisée par des Nord-Africains à propos du philosophe nord-africain, Saint Augustin.

Contributeurs incluent:

  • Histoire de: Dr. Imed Dabbour
  • Conseiller historique: Dr. Moez Madiouni
  • Produit par: 
    • CTV
    • Mr. Abdel Aziz Ben Mlouka
    • Dr. Imed Dabbour
    • Lighthouse AW
  • Réalisé par: Samir Seif

Le film a eu l’aval des gouvernements tunisien et algérien qui sont devenus partenaires de la production et nous leur en sommes très reconnaissants. Ils ont fourni un soutien pratique et financier, ce qui a contribué à la qualité du film.

Ce film est également le seul sur Saint Augustin à avoir été filmé sur les lieux mêmes où Saint Augustin a vécu, à savoir en Algérie, en Tunisie et aussi en Italie.

Le 29 octobre 2016 le film a été projeté en avant-première au Festival du film de Carthage, en Tunisie.  Cette projection spéciale a été proposée par le Ministère de la culture de la Tunisie en l’honneur du 50ème anniversaire du Festival.  Une projection privée du film a eu lieu également à Sfax, en Tunisie, ville qui a été nommée capitale de la culture du monde arabe pour 2016.  Depuis le film a été édité en vue d’une distribution internationale.

 

Quel est l’élément clé du film ?

Le film comprend de nombreux éléments dans son scénario, mais l’élément le plus important est la recherche de la vérité.  Ce film nous dévoile à travers les recherches de Hédi combien Saint Augustin était engagé dans cette quête de la vérité qui s’est poursuivie tout au long de sa jeunesse et jusque dans sa vie d’adulte. Saint Augustin essaie de trouver le bonheur dans la satisfaction de ses désirs charnels, ce qui finit par l’embrouiller dans une liaison scandaleuse avec une esclave.  Il essaie  d’honorer ses parents, qui ont fait beaucoup de sacrifices pour ses études, en devenant un orateur célèbre, mais cela non plus ne lui apporte pas l’épanouissement qu’il recherche.  Sa famille et ses amis lui présentent différentes idéologies, qu’il met à l’épreuve, jusqu’à ce qu’il trouve celle qui lui apporte une paix véritable et lui permet de se redéfinir.  Sans cette recherche de la vérité, Saint Augustin ne serait pas devenu le grand personnage historique que nous connaissons aujourd’hui.

 

Qui joue le plus grand rôle dans la vie d’Augustin ?

Sans aucun doute, c’est sa mère, Monique, qui a joué un rôle primordial dans sa vie.  Malgré l’abus physique et mental qu’elle subit de la part du père de Saint Augustin, elle demeura fidèle à ses convictions. Saint Augustin est «  le fils de ses larmes » parce que Monique voyait pour lui un avenir plus radieux et qu’elle priait constamment pour lui afin qu’il trouve le bon chemin.  Elle ne l’abandonna jamais et elle fut le seul point d’ancrage stable dans la vie de Saint Augustin.